Syndicat des Eaux et de l’Assainissement Alsace-Moselle

Les solutions alternatives

Des solutions alternatives à l'utilisation des pesticides existent. Non polluantes et respectueuses de la santé humaine, elles ont déjà fait leurs preuves.

Les alternatives aux pesticides pour la protection de l'eau

Des solutions alternatives à mettre en œuvre ensemble

Le Québec et des pays d'Europe du Nord sont déjà très en avance. En France, des collectivités sont déjà engagées sur ce terrain, dont certaines en Alsace, à l'image du SDEA. Les municipalités peuvent mettre en œuvre un "plan de désherbage communal" qui permet de planifier une gestion plus écologique des espaces verts et des voies publiques. Le désherbage thermique, l'arrachage manuel et le balayage peuvent aussi remplacer efficacement le désherbage chimique. Il peut également être évité grâce à l'engazonnement, au fleurissement, à la plantation de plantes couvre-sol, ainsi qu'au paillage des espaces non piétinés et circulés. L’objectif prioritaire est d’arrêter de traiter chimiquement les « zones à risques », à savoir les secteurs à proximité des rivières, les caniveaux, les aires de jeux d’enfants, etc. Pour cela, l'information et la formation des élus et des personnels concernés sont essentielles. 
 

Au jardin

Les jardiniers amateurs sont très nombreux en France et aussi très gros consommateurs de produits phytosanitaires : insecticides, fongicides et désherbants. Produits de jardinage bios, insecticides naturels, choix des semences et des variétés, bonnes associations de plantes, désherbeurs à flamme, etc. Il existe de nombreux moyens pour entretenir le jardin tout en respectant mieux l'environnement et en protégeant sa santé ! 

En agriculture

Les agriculteurs et viticulteurs biologiques utilisent des techniques éprouvées pour entretenir leurs cultures. Pour le désherbage, ils peuvent utiliser des moyens mécaniques, comme les bineuses, les herses étrilles, associés parfois à la traction animale, des moyens thermiques comme les désherbants à flamme. Pour la lutte contre les ravageurs, ils utilisent des techniques issues de la nature, comme la confusion sexuelle, les parasites naturels ou les décoctions de plantes et autres solutions homologuées pour l’agriculture biologique. 


Toutes ces techniques sont également de plus en plus utilisées en agriculture conventionnelle, associées avec des réductions de doses des produits épandus. La conservation et/ou la plantation des vergers, des haies et des prairies permettent également de limiter la pollution, la végétation constituant autant de frein au transport des particules résiduelles.