Syndicat des Eaux et de l’Assainissement Alsace-Moselle

La prévention des inondations

L’inondation est l’un des principaux risques naturels en France. Phénomène imprévisible et récurrent, elle peut toucher chacun d’entre nous et mettre en cause la sécurité des personnes et des biens. Qu’est-ce qu’une inondation ? D’où provient-elle ? Le SDEA vous aide à mieux comprendre ce phénomène redondant.

Qu'est-ce qu'une inondation ? 

Les inondations sont des phénomènes naturels faisant partie intégrante du fonctionnement des cours d'eau où périodes seches et humides s'alternent. Elles participent :

  • Au façonnement de la géomorphologie du lit des cours d'eau.
  • Au rechargement des nappes phréatiques.
  • Au bon fonctionnement des écosystèmes aquatiques.

Les inondations sont donc importantes autant pour l'environnement que pour les activités humaines telles que la pêche (en favorisation la reproduction), et l'agriculture (en fertilisant les sols).
Deux types principaux d’inondation existent sur notre territoire :

  • L’inondation par débordement : l'inondation est une submersion rapide ou lente d'une zone habituellement hors d'eau.
    Les inondations ont pour origine des pluies plus ou moins intenses et longues pouvant être associées à la fonte des neige. Ces précipitations entraînent l'augmentation du débit des cours d'eau qui peuvent déborder de leur lit mineur pour occuper entièrement ou partiellement leur lit majeur.
     

    En temps normal, le cours d'eau s'écoule dans son lit mineur (1).
    Lors d'une crue, la rivière occupe tout ou partie de son lit majeur (2).

Schéma SDEA sur l'inondation par débordement

  • L’inondation par ruissellement pluvial : l’eau s’écoule sur un bassin versant jusqu’à sa rencontre avec un cours d'eau, un réseau d’assainissement ou un point bas où elle s’accumule. Cet écoulement peut alors s’accompagner de phénomènes érosifs pouvant être à l'origine de coulées d'eaux boueuses, qui apparaissent le plus souvent lors d’orages printaniers associés à des pluies intenses.

 Schéma SDEA sur l'inondation par ruissellement pluvial

Le risque d'inondation 

Le risque d’inondation dépend non seulement du phénomène naturel (aléa, par exemple la rivière qui déborde) mais aussi de l’ensemble des personnes, biens et activités économiques susceptibles d’en être affectés (enjeux). Ce risque résulte ainsi du croisement entre l'aléa inondation et les enjeux exposés.
Les conséquences seront alors plus ou moins importantes en fonction de laprésence plus ou moins importante d'enjeux, de leur vulnérabilité et de l'intensité de l'inondation observée.
Par exemple, à niveau d’inondations équivalentes, les matériaux utilisés (bois, carrelage, placo, etc.) peuvent influencer le délai de retour à la normale.

Les risques d'inondations

 

  • Aléa : l'aléa traduit, en un point donné, la probabilité d'occurrence ou d’apparition d'un phénomène naturel (ex : inondation) de nature et d'intensité définies.
    L’estimation de la probabilité d’occurrence passe par l'analyse statistique de longues séries de mesures. Elle s'exprime généralement par une période de retour, qui correspond à la durée moyenne séparant deux occurrences du phénomène.
    L’intensité d’un phénomène peut se caractériser en fonction de la hauteur d’eau et de la vitesse de l’écoulement.
    Ainsi vous pourrez entendre parler d’une crue centennale (Q100) qui correspond à une crue qui a une probabilité d’apparition (occurrence) sur une année de 1/100 pour un débit déterminé (intensité). Aussi plus une occurrence est élevée, Q100, Q1000 plus l’intensité est importante.
  • Enjeux : l’enjeux correspond à l’exposition des personnes, biens, systèmes, ou autres éléments présents dans les zones d’aléas et qui sont ainsi soumis à des pertes potentielles. Malgré la présence d’enjeux, il est possible de limiter l’impact de l’aléa sur les enjeux en diminuant la vulnérabilité des personnes et des biens.
  • Vulnérabilité : la vulnérabilité traduit la fragilité d’un enjeu (bâtiment) et sa capacité à surmonter la crise provoquée par l’aléa (inondation). Elle dépend des enjeux exposés, de leur résistance face à l’aléa et de leur résilience (capacité de l’enjeu à récupérer un fonctionnement normal suite à une inondation).
    La vulnérabilité d’un système sera d’autant plus faible que sa résilience et/ou sa résistance sera grande.
    La vulnérabilité d’un bâtiment au risque inondation se mesure donc à l’importance des conséquences des agressions que vont subir le bâtiment et ce qu’il contient, lorsqu’il est partiellement ou totalement immergé.).